A quoi sert l’imaginaire ?

imaginaire

« L’imaginaire, c’est ce qui tend à devenir réel » (André Breton)

La fonction de l’imaginaire est essentielle. Pourquoi toutes les cultures possèdent-elles des légendes ? Pourquoi les contes de notre enfance ne sont-il pas près de disparaître ? Comment expliquer que malgré que nous sachions qu’un film est un assemblage de techniques, que le scénario est l’œuvre d’un écrivain, que les personnages sont des acteurs et que l’effondrement d’un immeuble est réalisé en images de synthèse, notre cœur se serre-t-il pour le héros et nous éprouvons de la colère contre l’injustice qui frappe l’innocent ?

Parce que c’est une façon économique et dépourvu de danger de permettre à notre système émotionnel d’explorer un large champ d’expériences. Nous nous formons ainsi à une multitude de situations. Nous nous soumettons à un entraînement en mettant à l’épreuve le nuancier de nos émotions et édifions ou consolidons des réseaux neuronaux pour stocker de l’information. Pour nous y inciter, l’évolution y a associé le plaisir et l’excitation comme c’est souvent le cas en ce qui concerne les instincts.

Voilà donc comment les techniques faisant appel à notre imaginaire- visualisation, symboles – utilisent cette fonction. Nous nous adressons, de surcroît, à note cerveau limbique dans un langage qu’il lui est familier.

A lire aussi :

23nov