Cerveau limbique et cortex préfrontal : une association équitable

cerveau

« Les influences qu’on n’arrive pas à discerner sont les plus puissantes » (Gustave Meyrink)

Devant une situation professionnelle nouvelle nous sommes soumis à deux stratégies : soit nous reproduisons un schéma appris lors d’une expérience jugée similaire et c’est le cerveau limbique qui se met principalement en oeuvre. Soit nous recherchons une approche nouvelle et c’est le cortex préfrontal qui est sollicité. C’est bien entendu l’association équilibrée des deux modes qui permet la meilleure créativité.

Il faut néanmoins renforcer, par une pratique appropriée, le rôle de la zone préfrontale car généralement les automatismes, moins consommateurs d’énergie, sont plus actifs.

A lire aussi :

09fév