Comment notre environnement nous parle

Une participante à un groupe de séances de sophrologie avouait que son humeur et sa confiance étaient très influencées par les différents environnements dans lesquels elle évoluait. Par exemple, disait-elle, le couloir menant à la salle de réunion , sans qu’elle en connaisse la raison, amoindrissait son assurance.

cerveau

Pour être en mesure de comprendre ce phénomène, il faut penser les lieux et les objets comme des extensions de nous-même.Nous ne sommes pas limités aux contours de notre corps. Nous nous projetons au delà de notre petit périmètre en investissant les lieux et les choses de notre quotidien. A chaque instant, ils nous renvoient en écho, notre sentiment dominant. Appréhendons-nous la réunion à venir : les véhicules, les rues, les immeubles sur notre trajet sont empreints d’hostilité.

Notre cerveau émotionnel crée un monde capable d’incarner les émotions. Ce monde est fait de notre corps, de notre environnement, de nos souvenirs et de notre imaginaire. Il est en perpétuelle reconstruction.

Comme pour de très nombreuses composantes de notre vie, il est heureusement possible de modifier ces perceptions et retrouver ainsi un état émotionnel en adéquation avec l’énergie nécessaire à nos projets.

« Nous projetons sur le monde nos ombres et lumières intérieures »

Petit exercice:

Toujours en état de relaxation,, au point culminant de la détente, refaisons mentalement le trajet vers notre lieu de travail  en nous efforçant de ressentir  de la douceur dans notre ventre – souvent le premier à délivrer les messages d’anxiété. Cette douceur peut prendre la forme de fourmillements, de chaleur ou de micro-vibrations par exemple.

A lire aussi :

24mar