La question du facteur Humain

Si on demande à un certain nombre de personnes de choisir un exemple illustrant le facteur humain, il est fort probable qu’un grande majorité citera l’erreur de pilotage dans un crash aérien.

La définition de facteur humain est pourtant » la contribution humaine impliquée dans un évènement » sans aucune connotation négative.
Notre société, peu encline à la valorisation, considère-t-elle que le paramètre humain est le plus souvent source de dysfonctionnement. Ou n’est-ce dû qu’à l’emploi fréquent de cette expression dans  les médias.
Dans le cadre d’une société on emploi le terme de « ressources humaines ». Comment alors ne pas passer de la ressource à l’échec ?

C’est toute la question de l’intelligence émotionnelle. Un individu doit être capable dans un environnement complexe de mobiliser en temps réel son savoir et d’utiliser ses capacités d’adaptation et de gestion émotionnelle.

Nous sommes à l’ère de l’information pléthorique. Un énorme savoir est en permanence disponible et fréquemment mis à jour. les formations techniques se multiplient. Ce sont  plutôt nos aptitudes à bien utiliser  ces connaissances qui font défaut.  .

L’ordinateur peut aujourd’hui battre un maître aux échecs mais personne n’est en mesure d’imaginer  un programme se substituer au manager. En effet,  pour longtemps encore l’option composite du facteur humain, faite d’émotion et de raison, sera supérieure à la seule logique.

A lire aussi :

13sept