Le plaisir ne souffre pas la distraction

« Le bonheur » pour prendre forme a besoin d’aller puiser dans une base de données des instants vécus. Il lui faut s’appuyer sur des ressentis positifs gravés dans l’ensemble de nos sens.
Mais il est un point important que nous ignorons souvent : vivre ces instants de façon distraite ou bien en conscience n’induit pas le même résultat.

c’est un peu comme si l’ensemble de notre corps attendait que la conscience valide ou non l’inscription de ce moment et la classe dans le stock disponible à chaque instant.
Ainsi il ne faut pas confondre distraction et plaisir. La première est volatile, le second est durable.
Par exemple, participer à une fête entre amis en la considérant comme une soirée parmi tant d’autres la reléguera vraisemblablement en grande partie dans les oubliettes. Tout au contraire porter une attention sur les quelques moments de complicité, de convivialité, rangera précieusement toutes les sensations de plaisir qui y sont associées, pour qu’elles soient à nouveau mobilisées. Nous procédons en effet le plus souvent par analogie. Il sera toujours plus facile de retrouver un comportement, ou un sentiment, s’il a déjà été sollicité.
« Le futur n’est fait que d’instants présents à venir en équilibre délicat entre la peur et le plaisir. »

A lire aussi :

11oct