La sophrologie

« S’il n’était pas possible de percevoir les états du corps programmés pour être douloureux ou agréables, il n’y aurait ni souffrance ni félicité, ni désir, ni satisfaction, ni tragédie, ni douleur, ni bonheur dans la vie humaine » (A Damasio. Neuro-psychiatre)

C’est une discipline qui a été créée en 1960 par le  neuroscientifique Alfonso Caysedo et qui a été constamment enrichie.

Spinoza, Antonio Damasio et bien d’autres ont étudié la relation corps-esprit. Les dernières découvertes en neurosciences confirment les principes utilisés par la sophrologie.

La sophrologie intervient sur les rouages du système émotionnel grâce à des outils spécifiques tels que les techniques de relaxation, de visualisation, de respiration et de mobilisation des ressources. Elle permet de réguler les états émotionnels négatifs comme l’inquiétude, la colère et la déception et de cultiver les émotions positives telles que la confiance, l’enthousiasme et l’optimisme.

→ Elle permet de se configurer pour la performance.

Qui l’utilise ?

Les sportifs de haut niveau par exemple :

– Le Préparateur mental recruté il y a quelques mois par Laurent Blanc est un sophrologue, c’est l’homme qui a accompagné les rugbymen du XV de France en quart de finale de la coupe du monde de 2007. (Jean-Marie Goyheneche)

– Alain Bernard, recordman du monde du 100m nage libre, l’utilise aussi.

– En tennis, on peut citer Ivan Lendl, Yannick Noah et Raphael Nadal.

– 240 médaillés olympiques ont été entraînés par le sophrologue suisse Raymond Abrezol.

Dans le cadre de la médecine moderne, elle intervient pour améliorer le sommeil, gérer la douleur, préparer à l’accouchement, réduire le stress lié aux opérations.

Dans l’entreprise, de nombreux dirigeants l’utilisent, elle leur permet de gagner en efficacité

Elle accroît notamment :

→ l’estime de soi, la régulation émotionnelle, le sentiment d’équilibre, la mobilisation des énergies et ressources, les ressorts de la motivation, la créativité, l’empathie et l’écoute, la récupération et la concentration, la gestion de l’ego…

Dans une  société où notre bonheur même semble être à la charge de l’état et qui laisse croire que les solutions nous sont exterieures- des anti-dépresseurs pour apaiser notre mal être, la consommation à outrance pour accroître la qualité de vie- la sophrologie nous démontre que nous sommes nés dotés des outils nécessaires à notre équilibre et qu’avec un peu de pratique nous sommes tous capables de nous défaire de ce fardeau émotionnel qui nous empêche d’avancer vers la réussite de nos projets.

Les différents outils utilisés:

La relaxation : en permettant d’apaiser toutes les tensions musculaires, elle permet d’induire un profond état de détente propice à une réceptivité optimale, elle est l’outil fondamental du travail sur les mécanismes émotionnels.

La respiration : tous les états émotionnels modifient le rythme et l’amplitude de notre respiration. En la régulant nous augmentons notre capacité à contrôler les peurs, la colère ou le trac.

Les visualisations : c’est en état de relaxation profonde l’évocation de lieux, d’objets, de situations, en s’attachant à une très grande précision dans les détails et les ressentis. Elles ont pour but, de modifier les schémas automatiques pernicieux et d’inscrire dans les zones du notre cerveau émotionnel de nouvelles perceptions plus en phase avec nos projets.

Le schéma corporel : en état de relaxation affiner les perceptions en provenance de notre corps. : Tensions musculaires, respiration, rythme cardiaque, température cutanée, nos postures.  Ne plus considérer notre corps comme une entrave (douleurs, fatigues) ou un simple véhicule, mais comme un partenaire dans l’optimisation de nos facultés ( confiance, volonté, motivation).

Le développement de la conscience : soumis de façon chaotique à nos mécanismes automatiques nous avons progressivement perdus le contrôle d’une grande partie de nos comportements et par là même de nos décisions. De puissants outils de conscientisation permettent de se réapproprier les commandes de nos choix et de nos actions.

Le décryptage de situations du quotidien : en replaçant les techniques enseignées au cœur du quotidien on apporte une meilleure compréhension des mécanismes émotionnels en œuvre lors de conflits interpersonnels, de périodes de stress, de doutes, de tensions, de démotivations etc.

Identifier nos ressources internes ou externes : nous avons été conçus avec d’importantes capacités (ex : résilience ) mais nous pouvons également apprendre à identifier ou créer les conditions d’une meilleure gestion de nos énergie physiques ou mentales ( elles sont interconnectées).

Les techniques de récupération et de stimulation: de nombreuses situations exigent de nous que nous soyons en mesure de mobiliser notre attention, notre concentration, notre  créativité ou notre énergie. Il est donc primordial que nous sachions grâce à quelques techniques simples, quelque soit le lieu, (salle d’attente, transports, au bureau) très rapidement en une ou deux minutes activer les mécanismes appropriés.