Les outils pratiques

La relaxation

Notre corps matérialise la plupart de nos pensées en induisant dans nos fibres musculaires, sur notre rythme cardiaque ou notre température, des modifications qui vont composer un état émotionnel. Ce phénomène opère également dans l’autre sens : un état spécifique du corps (des maux d’estomac par exemple) va entraîner un sentiment d’insécurité et des perceptions assombries de notre existence.

Les techniques de relaxation (repos, détente en latin) les plus connues sont :

La relaxation progressive de jacobson
Le training autogène de Shultz
Le training autogène de R Abrezol

La relaxation est un des outils incontournables de lasophrologie car qu’elle permet d’atteindre un état de conscience modifié, appelé communément « au bord du sommeil » et qui favorise la communication avec notre cerveau émotionnel (cerveau limbique). Une pratique constante de la relaxation ou de laméditation installe un mécanisme protecteur contre les automatismes et schémas de pensée anxiogènes.

Détendre le corps c’est détendre l’esprit. Détendre l’esprit c’est détendre le corps.

La respiration

L’inspiration de l’artiste, le deuxième souffle, le souffle de la vie, le souffle coupé, etc. De nombreuses expressions du langage courant illustrent le rôle important accordé à notre respiration.

Au premier plan, bien évidement, l’apport en oxygène. Le cerveau représente 2% de la masse corporelle pourtant il absorbe 20% de l’oxygène et de l’énergie alimentaire. Lors des 28 000 inspirations quotidiennes, il accapare 10 fois plus d’énergie que n’importe quel autre organe.

Pour autant, pensons-nous souvent à sa fonction de régulateur émotionnel ?

Un cerveau mal oxygéné stresse plus vite. Les phases d’inspirations et d’expirations actionnent successivement les nerfs sympathiques et parasympathiques de notre système nerveux. Le premier pour favoriser l’action, le second pour apaiser, calmer. La respiration est une des rares fonctions qui soient à la fois automatique (il n’est pas utile d’y penser pour l’actionner) et volontaire (nous pouvons la réguler).

Nos cultures occidentales n’ont jamais mis l’accent sur cette formidable opportunité offerte par l’évolution ; utiliser la conscience, l’amplitude et le rythme de notre respiration pour augmenter notre énergie, notre confiance et notre sérénité.

Nos sociétés actuelles nous maintiennent dans le déni total des leviers de notre bien-être, de notre auto-prise en charge et nous laissent croire aux providentiels moyens externes. Toute la pharmacopée pour le soulagement des tensions, les mirages de la consommation, l’alcool, le café, le tabac, les jeux etc. Si bien que des lois doivent être promulguées pour que les entreprises se préoccupent des tensions psychologiques de leurs employés.

L’école nous a-t-elle déjà enseigné l’importance de l’acte respiratoire et les techniques pour en tirer le meilleur parti ? Avons-nous noté comment, face à une situation de stress, notre respiration s’accélère pour nous faire entrer dans un syndrome d’hyperventilation ?

Si le pétrole est la source d’énergie dominante des hommes, l’oxygène est la source d’énergie principale de l’homme. Celle dont il ne peut se priver plus de quelques minutes. En comparaison nous pouvons survivre des semaines sans nourriture et quelques jours sans eau.

La qualité de notre respiration influe de façon importante sur notre état émotionnel.
La mesure de la quantité d’oxyde de carbone dans notre sang peut déclencher des signaux d’alerte. Rappelez-vous lors d’un effort intense, cette sensation de danger dûe au sous-apport d’oxygène dans nos muscles.
L’air que nous respirons représente également l’échange permanent que nous entretenons avec le monde. Ces molécules produites par les végétaux qui nous ont longtemps informés sur notre environnement – la présence de nourriture ou de prédateurs. Elles véhiculent aussi, bien que nous n’en ayons pas conscience des phéromones, ces sécrétions qui stimulent des réponses comportementales chez les individus de la même espèce lors de la recherche d’un partenaire amoureux.
Il faut donc faire de notre respiration un outil de régulation efficace.

Les visualisations : c’est en état de relaxation profonde l’évocation de lieux, d’objets, de situations, en s’attachant à une très grande précision dans les détails et les ressentis. Elles ont pour but, de modifier les schémas automatiques pernicieux et d’inscrire dans les zones du notre cerveau émotionnel de nouvelles perceptions plus en phase avec nos projets.

Le schéma corporel : en état de relaxation affiner les perceptions en provenance de notre corps. : Tensions musculaires, respiration, rythme cardiaque, température cutanée, nos postures.  Ne plus considérer notre corps comme une entrave (douleurs, fatigues) ou un simple véhicule, mais comme un partenaire dans l’optimisation de nos facultés ( confiance, volonté, motivation).

Le développement de la conscience : soumis de façon chaotique à nos mécanismes automatiques nous avons progressivement perdus le contrôle d’une grande partie de nos comportements et par là même de nos décisions. De puissants outils de conscientisation permettent de se réapproprier les commandes de nos choix et de nos actions.

Le décryptage de situations du quotidien : en replaçant les techniques enseignées au cœur du quotidien on apporte une meilleure compréhension des mécanismes émotionnels en œuvre lors de conflits interpersonnels, de périodes de stress, de doutes, de tensions, de démotivations etc.

Identifier nos ressources internes ou externes : nous avons été conçus avec d’importantes capacités (ex : résilience ) mais nous pouvons également apprendre à identifier ou créer les conditions d’une meilleure gestion de nos énergie physiques ou mentales ( elles sont interconnectées).

Les techniques de récupération et de stimulation: de nombreuses situations exigent de nous que nous soyons en mesure de mobiliser notre attention, notre concentration, notre  créativité ou notre énergie. Il est donc primordial que nous sachions grâce à quelques techniques simples, quelque soit le lieu, (salle d’attente, transports, au bureau) très rapidement en une ou deux minutes activer les mécanismes appropriés.