Lorsque l’apaisement est la bonne stratégie

Pourquoi lors d’une réunion difficile ne respectons-nous pas toujours notre stratégie? Pourquoi nous rendons-nous sur le « terrain » de notre interlocuteur alors qu’il est plus confortable que le match se joue à domicile.
Ce jour là, je devais participer à une réunion chez mes clients.

Compte tenu de notre retard dans les délais de livraison, je pressentais une rencontre houleuse, d’autant plus que j’estimais qu’eux même portaient une part de responsabilité.
Compte tenu des décisions qui pouvaient en résulter, cette réunion n’était pas ordinaire.
Au lieu de m’y rendre dans l’état composite, fait de doute, de défensive et d’appréhension, je décidais de « débrancher » momentanément mes systèmes d’alerte.
Comment ai-je procédé?
J’ai tout simplement profité des dix minutes qui me séparaient de mon rendez-vous. Dans le parking de la société, j’entrepris une rapide relaxation destinée à diminuer les messages de tensions que mes muscles, mon coeur et ma respiration, de façon subliminale, délivrait à mon cerveau émotionnel. Après cela, je visualisais avec force détails une situation ou j’avais eu la maîtrise des évènements. je m’empreignais de tous les ressentis qui y étaient associés. En quelques minutes j’avais crée un espace intérieur suffisant pour que l’argumentaire et la stratégie préparés puisent s’exprimer sans qu’ils ne soient parasités par un état émotionnel chaotique.
Dois-je ajouter qu’ayant impulsé à la réunion une atmosphère de sérénité, nous avons été en mesure de faire de manière apaisée, un état de la situation. Et nous avons trouvés ensemble les solutions pour pallier à nos difficultés communes.
En conclusion il est toujours préférable de ne pas céder à nos impulsions car elles peuvent créer un champs de bataille peu propice à la négociation. Une nouvelle fois, le savoir n’est pas suffisant. Il faut avoir développé en amont la conscience et les capacités nécessaires. Il faut surtout avoir acquis les outils, en avoir compris le fonctionnement et développé une certaine dextérité dans leur maniement.

« La pression n’est rien de plus que l’ombre d’une grande opportunité. » [Michael Johnson]

A lire aussi :

14oct