Notre « dimension étendue »

Notre véritable dimension

La confiance que vous possédez devra être à la mesure des défis que serez amené à relever.

Certaines espèces animales ont pour stratégie face à un danger d’augmenter le volume de leurs corps dans le but de paraître plus fort. Les poissons ballon et diodon parviennent à ce résultat en  absorbant une grande quantité d’eau. Le crapaud se gonfle et se dresse dresse sur ses pattes, le chat fait le gros dos. Notre espèce agit de la même manière mais d’une façon plus subtile et le plus souvent inconsciente.

Perdus dans la masse des sept milliards d’humains que porte notre planète ou simplement les centaines de milliers d’habitants de nos grandes villes, nous nous sentons peu de choses.

Alors comment mobiliser la confiance nécessaire pour faire face aux nombreux défis qui se dressent sur notre parcours tout au long de notre vie?

Souvent ceux qui réussissent le mieux à atteindre leurs objectifs sont aussi ceux qui adoptent  la tactique de la « dimension étendue« .

Comment procèdent ils?

Ils existe plusieurs manières de procéder: certaines illusoires, d’autres réellement efficaces:

– l’hyper-musculation, les chaussures à talon, des vêtements amples utilisent les astuces du règne animal

– mobiliser l’espace, sonore en parlant fort ou en gesticulant exagérément crée l’effet d’un plus grande envergure.

– augmenter sa visibilité et se donner ainsi une plus grande importance. La présence médiatique entre dans cette catégorie.  Apparaître sur les plateaux télé,  avoir un ouvrage édité,  être une personnalité,  politique, un représentant syndical ou président d’un club de supporters, les musiciens et comédiens face à leur public etc.

– utiliser la dimension des autres.  En se rapprochant des individus qui eux mêmes ont une dimension supérieure.  Lorsque il nous arrive de ressentir de la fierté en racontant que nous avons rencontré telle personnalité, nous nous nourrissons de sa dimension.

– appartenir à un groupe ou à un gros  réseau  permet d’élargir la circonférence de ce que nous sommes. Internet et ses réseaux sociaux par l’augmentation de nos relations, ont en partie la même finalité: accroître encore un peu plus notre dimension perçue.

– pratiquer la méditation nous sert à  dépasser notre moi restreint et à l’inscrire dans le monde plus vaste de l’écosystème planétaire. Se confronter à la montagne lors de randonnées nous relie à elle et nous permet de nous approprier une partie de sa grandeur. Les apnéistes, les parapentistes, utilisent inconsciemment cette même stratégie dans des éléments différents.

Nos culture véhiculent le concept du « big is beautifull »; ce qui est grand est plus beau ou plus fort. La mythologie et l’histoire sont largement imprégnées de ce modèle. Par ailleurs les constructions humaines les plus fascinantes répondent à ces critères: les pyramides,  les tours contemporaines qui rivalisent en hauteur. Mais aussi les empires hégémoniques au cours des siècles.

 

Un conducteur d’engin de chantier (bulldozer, pelle mécanique) me rapportait qu’à l’issue de sa journée de travail il avait un fort sentiment de puissance. La machine pendant plusieurs heures était devenue une extension de son propre corps. Les pilotes d’avion de ligne, les conducteurs de train, les chauffeurs de semie remorque  partagent certainement cette sensation.

 

 

Cette perception d’une dimension supérieure alimente notre sentiment de sécurité. Il booste par là même l’estime que nous nous portons et induit par voie de conséquence une plus grande confiance.

Mais gardez quand même à l’esprit ce proverbe arabe

« Ne jugez pas le grain de poivre d’après sa petite taille, goûtez-le et vous sentirez comme il pique. « 

A lire aussi :

14mar