Nous sommes un logiciel communautaire

Et si Wikipédia ou Linux n’avaient fait que copier la façon dont nous nous sommes construits. Qui sont les développeurs de ce programme complexe qui nous guide tout au long de notre vie.

Je ne veux pas céder ici à l’analogie simpliste du cerveau-ordinateur mais simplement utiliser une métaphore pour illustrer nos influences.

Ce que nous sommes, ce que nous nommons personnalité ou caractère n’est finalement qu’un algorithme puissant. Qui a participé à sa conception?

En premier lieu, la génétique de notre espèce, qui a inscrit les grandes lignes de notre développement et de nos instincts. Très rapidement l’éducation parentale vient apporter sa pierre à l’édifice. et on sait que les premières années vont être déterminantes. d’autres parties de l’algorithme vont être ajoutées parallèlement par l’éducation scolaire et les les relations avec nos camarades puis nos collègues des travail. Et enfin, nos compagnes ou compagnons.

Un des éléments les plus importants est bien entendu notre propre expérience. En effet, c’est elle qui sera prépondérante pour nos prises de décisions et comportements futurs.
On le constate donc, nombreux sont les membres de cette communauté qui selon des proportions diverses auront participé à notre conception.
A présent, comme pour Wikipédia par exemple, posons-nous quelques questions importantes: le résultat est-il fiable? L’ensemble des concours à élaboration commune est-il légitime? Sur lequel de ces paramètres avons-nous le plus d’emprise?
Il est essentiel de comprendre que les expériences vécues et la manière dont nous allons les intégrer, la validation d’informations binaires: dangereux ou bénéfique qui leur seront associées, vont peser très fortement sur l’algorithme.
Malheureusement nous laissons trop souvent certaines influences prendre le leadership: nos instincts, les souvenirs douloureux, le regard des autres etc.
En conclusion, soyons conscients qu’à tout moment nous sommes en mesure de reprendre le contrôle afin d’expurger notre programme de ses lignes les plus toxiques. Mais surtout sachons que, pour peu que nous nous en donnions les moyens, nous avons la possibilité de l’enrichir avec les éléments nécessaires à notre accomplissement.

Comment?
– Multiplier les expériences
– Apprendre à ne pas nous laisser manipuler par nos perceptions automatisées
– Développer la valorisation de nos réalisations
– Exercer notre imaginaire
– Rechercher des formations pour accroître ces capacités

« Vivre, c’est transformer en conscience une expérience aussi large que possible « [André Malraux]

Crédit photo: www.hellocoton.fr

A lire aussi :

22nov