Puis-je choisir ma destinée ?

« J’ai remarqué que même les gens qui affirment que tout est prédestiné et que nous ne pouvons rien y changer regardent avant de traverser la rue. » [Stephen Hawking]

Les questions du libre arbitre, de la destinée font depuis très longtemps l’objet de débats. Pourquoi sont-elles centrales ? Qu’en résulte-t-il?

J’ai eu la chance de pouvoir assister à une conférence de Stephen Hawking, ce physicien cosmologiste de génie. Atteint très jeune de la maladie de Charcot, il est depuis lors paraplégique. Il était fascinant et à la fois encourageant de voir cet homme, privé de ses mouvements et de la parole suite à une trachéotomie, s’exprimer à l’aide d’un synthétiseur vocal et écrivant avec clarté l’univers et les trous noirs. Sous le ciel étoilé du mois de juillet (la conférence se déroulait en extérieur et en Corse), les silences qui séparaient l’écriture de la voix synthétique lisant le texte donnaient une dimension supérieure à son message. Cela nous permettait également de mesurer la force de caractère de cet homme, qui malgré son handicap tenait les commandes principales de sa vie.

Alors oui, nous sommes une construction

Les nécessités de l’espèce (au travers de l’évolution), l’éducation parentale, l’environnement sociétal (amis, collègues, partenaires) la culture et nos expériences ont tous participé à l’édification de ce que nous avons coutume de nommer notre personnalité, notre caractère. Qui deviennent synonymes de destinée.
Il est normal que je n’obtienne pas une promotion puisque je manque d’assurance. Je ne peux imposer mes idées parce que je suis trop timide. Je rencontre des difficultés relationnelles parce que je suis coléreux. Lequel d’entre-nous n’a jamais formulé une de ces phrases?
De la même façon qu’il ne faut pas toujours prendre pour argent comptant les informations délivrées par Wikipédia, il est indispensable que notre sens critique soit à l’oeuvre pour nous rappeler que « L’important n’est pas ce qu’on a fait de moi, mais
ce que je fais moi-même de ce qu’on a fait de moi. » [Jean-Paul Sartre]

De la destiné à la liberté

Demandons-nous comment passer de la destinée à la liberté et de la soumission à l’autonomie.
Probablement en modifiant la perception figée que nous entretenons de nous-même. Puis en mettant en oeuvre une stratégie de changement.
Le bénéfice? On a toujours moins peur lorsqu’on conduit que lorsque l’on est passager…


A lire aussi :

19oct