Quelles limites?

Au cours d’une réunion chacun des participants défend les intérêts de son service ou de sa société, mais aussi ses propres intérêts. Les enjeux sont donc multiples. Et c’est souvent cette combinaison d’éléments qui est la source d’échanges improductifs et de conflits.

Les affects viennent souvent parasiter le déroulement des réunions. Selon son degré de confiance, un individu perçoit cet environnement comme potentiellement dangereux pour son image, sa fonction ou sa crédibilité. Une situation de danger, pour que l’issue soit positive, requiert des qualités qui permettent de préserver la lucidité: cette aptitude qui se nourrit de la raison. Lors des compétitions auxquelles j’ai participé – karaté de combat– deux choses étaient primordiales:
– Me défaire des messages parasites (peur, colère, doute etc.)
– Permettre à mon intuition de s’exprimer, à ma stratégie de s’appliquer.
Par ailleurs, notre mémoire (base de données interne) s’accommode mal d’un trop grand nombre de signaux d’alerte. Ceux ci encombrent son espace de travail et nous privent ainsi d’un accès rapide aux  connaissances acquises.
Je peux témoigner de la façon dont j’ai évolué au cours des douze années passées à diriger une société. Les premières réunions ressemblaient à un bras de fer alors que les dernières étaient plus dans le dialogue, l’écoute et la recherche de solutions.
Plus d’expérience, bien sûr, mais surtout un travail personnel destiné à rééquilibrer l’association entre mon cerveau émotionnel et mon cerveau rationnel. Comme en tennis deux excellents techniciens doivent apprendre à jouer en double. Ils deviendront complémentaires. Ils sauront adapter leur jeu aux différentes situations, faire preuve de créativité, s’épauler en cas de difficulté.
J’ai également noté une chose étrange – le bénéfice des expériences dans un domaine n’est pas automatiquement transférable à un autre. Là encore, il faut impulser ce transfert. En effet nous devons « valider » certaines actions pour que des changements s’opèrent. En d’autres termes, apprendre à capitaliser de façon optimale la confiance, l’adaptabilité, la régulation émotionnelle, la motivation, acquises lors de ces expériences.
Nombreux sont ceux qui pensent que seul le temps leur permettra d’atteindre ce niveau. C’est alors se priver des outils puissants que les top managers, les athlètes de haut niveau et les personnalités hors normes ont mis à profit. Et qui leur ont permis de dépasser les limites qui leur étaient allouées.

Crédit photo: www.gerardovelasquezd.blogspot.com

A lire aussi :

13juin