S’autoriser le sommeil

s'autoriser le sommeil

« L’insomnie est mauvaise conseillère ; surtout, elle exagère les images. Elle transforme facilement l’inquiétude en effroi, l’effroi en épouvante. » (Yves Thériault)

Le mauvais sommeil est un des premiers symptômes du stress et de l’anxiété. C’est un moment propice au débordement des multiples préoccupations qui occupent l’arrière plan de notre conscience. En effet, chaque rêve, chaque micro-réveil peut donner lieu à l’activation des réseaux neuronaux associés à ces inquiétudes.

Profitant d’un taux de sérotonine faible durant la nuit, de l’obscurité, de la crainte de ne pas retrouver le sommeil, un mécanisme anxiogène se met en place. Ce mécanisme nécessite notre complicité pour durer. La sophrologie et la pleine conscience érigent une barrière entre notre attention et cette activité d’arrière plan. Elles nous permettent de ne pas céder aux fortes sollicitations qui tentent de s’imposer. Car ce n’est ni le lieu, ni le moment pour rechercher des solutions à nos problèmes. L’ensemble de nos perceptions est teinté des couleurs sombres de la nuit.

Petit exercice de sophrologie pour une plus grande intelligence émotionnelle

Dans la difficulté pour trouver le sommeil, apaisons notre respiration et ne laissons pas se former des mots dans notre esprit. Nous priverons ainsi les pensées de leur véhicule.

A lire aussi :

06mar