Steve Jobs: innovations et émotions

Afin de survivre et d’évoluer, l’espèce et les sociétés ont toutes deux besoin d’un ensemble d’individus qui suivent un même chemin (mœurs, culture, aspirations communes) mais aussi d’éclaireurs qui empruntent des voies nouvelles, assumant les risques, les railleries et quelquefois le rejet.

« N’allez pas là où le chemin peut mener. Allez là où il n’y a pas de chemin et laissez une trace. » (Ralph Waldo Emerson). Steve jobs était à l’évidence un de ceux-là.
Dans cet article nous nous intéressons à l’émotion suscitée par sa disparition…

Cette vague d’émotion soudaine peut se produire également lors du décès de certains acteurs,  musiciens,  sportifs, chercheurs et hommes politiques. A des degrés divers, ils ont été associés à notre vie. Le canal qui nous relie à eux est principalement émotionnel.
C’est particulièrement évident pour les artistes dont la fonction première est de produire des émotions. En ce qui concerne Steve Jobs, cela vient s’ajouter aux changements importants qu’il a apporté dans notre mode de vie. Le rêve qu’il a su créer autour des technologies informatiques et de la téléphonie. Il a su modifier notre rapport aux objets. En réussissant à personnifier ses innovations, il créait ainsi un lien fort avec des millions d’individus de nationalités et de cultures différentes.

De façon inconsciente souvent, nous percevons au travers du prisme de l’espèce, la dimension charismatique de certains individus hors normes. Nous sommes toujours sensibles aujourd’hui aux mêmes signes qui permettaient à nos lointains ancêtres d’identifier les qualités nécessaires à un chasseur, un guerrier ou un chef. Avoir en son sein un membre créatif, doté d’une autorité naturelle et qui soit capable de faire face à l’adversité pouvait assurer la survie du clan.

Voilà pourquoi la disparition du fondateur d’Apple qui incarnait ces qualités provoque cette émotion. Notre conscience collective nous rappelle la précarité de notre espèce et la nécessaire interaction des hommes pour assurer leur survie.

A lire aussi :

06oct