Une affaire d’étatS (suite)

Il existe deux façons de développer la maîtrise de ces modes:
Les outils de training avec des coach formés à
– la sophrologie comportementalisme: travail sur les mécanismes émotionnels pour les réguler.
– la PNL: Autour de 1980, ces concepteurs s’intéressent à d’autres domaines comme ceux de la créativité, du sport, du management, de la pédagogie, et de la communication. Des outils permettent de repérer et de changer les représentations mentales sensorielles d’un sujet.
– L’analyse transactionnelle (aussi appelée AT) est une théorie de la personnalité et de la communication. Elle postule des « états du Moi » (Parent, Adulte, Enfant), et étudie les phénomènes intrapsychiques à travers les échanges relationnels, appelés « transactions ». Cette théorie a été fondée par Éric Berne, médecin psychiatre américain, dans les années 1950 à 1970.
– La Gestalt therapie s’intéresse particulièrement au contact et à la mise en relation par l’expression des émotions, la prise de conscience des processus corporels, la manière particulière de chacun de se représenter le monde et de lui donner sens.
Et des outils quotidiens pour développer les ressources qui composent les modes.

Voici les principales ressources:

L’Estime de soi: une perception positive de soi
La gestion de l’échec: la capacité à voir dans l’échec une expérience et non l’expression de lacunes rédhibitoires. Remettez en causes vos choix, votre préparation mais pas votre valeur.
« Lorsque vous jouez une mauvaise note, seule la suivante permettra de dire si elle était juste ou fausse » (Miles Davies)

Le sentiment de sécurité: diminuer l’emprise des signaux d’alertes contreproductifs.

Gestion émotionnelle: agir sur l’apparition et l’expression de nos émotions pour les stimuler, les réduire ou simplement les reconnaître.

Position et détente du corps:
savoir être à l’écoute de ce qu’exprime nos muscles, notre respiration, notre rythme cardiaque. Plus finement encore notre système endocrinien lorsqu’il délivre de l’adrénaline, de la dopamine ou des endorphines. Cela nous permet de mieux décrypterez mieux nos état émotionnel et les comportement qui en découlent. Et d’ être en mesure de le réguler.

Intuition: la faculté d’écoute de nos signaux et messages inconscients pour des choix et prises de décision non exclusivement rationnels.

Zone de confort: être capable  dans nos choix, nos actions, nos réflexions de ne pas céder à la tentation du conformisme parce qu’il exige moins d’effort, d’énergie et qu’il représente moins de risques.

Empathie: la faculté de reconnaître nos propres émotions et celles des autres pour des relations interpersonnelles mieux maîtrisées.

Le désir: une forte énergie d’action également qui met en œuvre un puissant état physiologique porté vers l’accomplissement d’un objectif. Sans lui nos « talents restent latents ».

Déconnexion (environnement): c’est être capable de ne pas laisser les éléments extérieurs: sons, mouvements, formes, lumières venir parasiter notre travail de mobilisations de nos ressources.

Autonomie: la conscience de ce qui dépend de nous. Ce sur quoi nous pouvons avoir un contrôle. C’est aussi limiter les éléments qui exercent sur nous un lien de subordination.

Out of the box: l’aptitude à ne pas être contraint par un cadre de pensée. La possibilité de s’écarter des chemins balisés par la culture. La recherche de solution inattendues.

Sens: identifier le véritable objectif clairement

l’ego : une énergie d’action. Trop faible ou excessif il parasite nos comportements.

Énergie: c’est la sensation d’un important potentiel énergétique. Notre corps, notre intellect et notre système émotionnel se conjuguent dans un même élan. Cette énergie transcende nos capacités. Elle nous porte vers la réussite. Il faut apprendre à la stimulée et à la maintenir.

Je présenterai les outils quotidiens dans un prochain article

Crédit photo:  www.guichet.public.lu

A lire aussi :

31oct