Vous pouvez y aller…les yeux fermés!

Si vous avez lu quelques uns des articles présents sur ce blog, vous aurez compris que la confiance que nous nous portons est le socle sur lequel nous édifions nos projets.
Voici un exercice que je pratique régulièrement et que je voudrais partager avec vous. Il est destiné à vous aider à franchir la membrane perméable qui sépare le doute de l’assurance.
Au cours de ma pratique de sophrologue, j’ai observé que dans quatre vingt pour cent des cas un déficit de confiance était à l’origine, qu’elle en soient consciente ou pas, de la présence des personnes dans mon cabinet. 


Vous pouvez donc pratiquer cet exercice dans votre salon, sur une plage , dans un champ ou sur un chemin de terre. Assurez-vous tout d’abord de l’absence d’obstacles dangereux. Après quoi c’est très simple, immobile, fermez les yeux et consacrez quelques secondes à vous détendre: abandonnez chaque cellule de votre corps à la gravité terrestre. Ressentez chacune des parties de votre corps s’alourdir. Imaginez votre environnement. Persuadez-vous qu’il est bienveillant. Esquissez, si vous le souhaitez, un très discret sourire. Puis les yeux toujours clos, faites quelques pas. Lors des deux ou trois premières fois, avancez lentement en ressentant précisément les mouvements de la marche, la façon dont, pendant la phase transitoire, vous êtes en équilibre sur un pied, la manière dont le talon aborde le sol. Observez votre respiration, la répartition du poids de votre corps durant le déplacement.
Progressivement au fil de votre pratique, tendez vers une marche naturelle. Sur un chemin lors d’une promenade, visualisez les quinze mètres qui vous précédent. Parcourez- les dans une démarche naturelle en utilisant les sons, la lumière du soleil qui filtre à travers vos paupières, la légère brise qui caresse le côté gauche de votre visage ou la nature du sol pour maintenir votre cap.
Pendant ce court trajet faites-vous entièrement confiance. Faites confiance aux mécanismes qui à chaque pas effectuent des milliards de mesures pour vous maintenir en équilibre malgré l’absence de repères visuels. Observez comment est traitée l’image furtivement entrevue, le dénivelé du sol. Vous êtes en train, de manière puissante, parce expérimentée par votre corps d’acquérir une plus grande confiance en vous.
Deux conditions capitales pour que votre vie s’inscrive dans le mouvement et l’action. Mais aussi en votre environnement. Valoriser cet experience
 » Ce n’est pas en regardant la lumière qu’on devient lumineux mais en plongeant dans son obscurité « . Carl Gustav JUNG.

Crédit photo: http://www.blog.escale-ebook.com

A lire aussi :

14avr